Investir à 60 ans : est-ce possible ?

Investir à 60 ans : est-ce possible ?

Est-ce encore possible d’investir à 60 ans ou même après ? Est-ce intéressant ? Existe-t-il des possibilités intéressantes ou bien au contraire, faut-il renoncer ? 

Vous avez déjà 60 ans ou bien, vous les fêterez bientôt. Une question vous taraude : est-ce possible de se lancer à cet âge-là ? Pas de panique, j’ai décidé de répondre à toutes ces questions dans cet article. 

Alors sans plus tarder, voyons voir ce qu’il est possible de faire dans votre situation.

Est-ce trop tard pour investir ? 

J’avais envie de démarrer cet article par une bonne nouvelle. Non, il n’est pas trop tard pour investir. La réalité, c’est même qu’il n’y a pas vraiment d’âge limite à partir duquel il faut s’arrêter de le faire. 

Mais bien entendu, votre âge va devoir être pris en compte. C’est un critère qui demeure important dans un projet d’investissement immobilier pour la simple et bonne raison qu’il y a la mise en place d’un prêt bancaire. Ce prêt va s’étaler sur la durée et donc les conseils qui peuvent s’appliquer à un jeune travailleur de 25 ans ne seront pas les mêmes si vous avez 60 ans.

Il est important de comprendre que la stratégie qui va être utilisée n’est pas la même mais qu’en revanche, la finalité sera identique. Le but, c’est d’utiliser l’endettement pour créer de la richesse. En empruntant de l’argent qui ne vous appartient pas directement (l’argent du prêt bancaire), nous allons le mettre au travail en achetant un bien immobilier.

Rénové, meublé et mis en location, ce bien générera chaque mois un loyer. Lorsque vous aurez retiré de ce loyer toutes vos charges ainsi que le remboursement du prêt, il vous restera de l’argent. Bien entendu, ça n’est possible qu’à condition que vous vous y preniez correctement.

Combien de personnes se lancent dans des projets immobiliers sans prendre la rentabilité en compte ? Vous ne devrez pas faire cette erreur. Elle est trop répandue et c’est à cause de ça que certaines personnes se mettent à douter du potentiel réel de l’investissement dans la pierre. 

Une stratégie différente, des résultats explosifs  

Comme je l’écrivais, votre stratégie en tant qu’investisseur sera différente de celle d’un jeune travailleur ou d’une personne d’une trentaine d’années. Vous avez 60 ans donc sans faire l’oiseau de mauvais augure, vous avez moins de temps devant vous. 

Est-ce difficile d’obtenir un prêt immobilier après 60 ans ? Pas forcément. On pourrait penser qu’il sera très compliqué d’être accompagné par une banque sur ce type de projet mais la réalité, c’est que vous représentez une frange de la population qui est très appréciée par les organismes bancaires. 

C’est votre fiabilité qui a tendance à séduire les banques. Ensuite, la durée du prêt que vous contractez est souvent assez courte, ce qui signifie en général, des intérêts plus importants pour la banque. Ça, c’est pareil : les banques peuvent trouver cela intéressant. Et pour finir, les personnes de plus de 60 ans ont souvent de la trésorerie, ce qui leur permet de faire des apports plus importants.

Autre point important, il y a des chances que vous soyez déjà propriétaire de votre résidence principale. Autant dire que ça sera un argument de poids en votre faveur au moment des négociations. 

Quel apport après 60 ans ?

Après 60 ans, il y a surtout deux règles qui s’appliquent. La première, c’est que votre apport personnel devra représenter environ 30% du prix total de l’opération. C’est donc très important que vous ayez constitué une épargne suffisamment solide au préalable. 

La deuxième condition, c’est de viser la durée de remboursement de l’emprunt la plus courte possible. J’en parlais un peu plus tôt mais c’est important de le rappeler. Notez que les prêts offerts par les banques ne dépassent que très rarement les 15 ans.

Le prêt in fine 

Dans le cas où vous avez constitué une épargne importante, la solution la plus intéressante sera de souscrire à un prêt in fine. Cela correspond à un emprunt quasiment équivalent à la valeur de l’épargne que vous détenez. Chaque mois vous ne paierez donc que les intérêts d’emprunt. Une fois la durée de prêt atteinte, vous pouvez soit revendre le bien et rembourser l’intégralité du prêt ou casser votre assurance-vie pour rembourser le montant. 

L’avantage de ce type de prêt pour un investissement locatif est de pouvoir gagner de l’argent chaque mois tout en profitant des intérêts de l’assurance-vie.

Ne pas dépasser le taux de l’usure

En tant que senior, vous devrez faire attention à ne pas courir le risque que votre dossier passe au-delà du taux de l’usure. Le taux d’usure, c’est le plafond au-dessus duquel les banques ne peuvent plus prêter. Il est actuellement de 5,55 %. 

Ce taux comprend toutes les composantes du crédit et tous les frais additionnels comme les frais de dossier. C’est pourquoi il arrive parfois que le crédit s’approche du seuil de l’usure et qu’il soit refusé pour cette raison.

Se faire assurer après 60 ans 

Un autre point très important quand on cherche à investir après 60 ans va concerner l’assurance de votre prêt. Si jamais vous souffrez d’une maladie comme le diabète ou de problématiques particulières, il est possible qu’on vous refuse le prêt. L’assurance est en général plus chère pour les personnes qui ont plus de 60 ans car ils représentent un risque un peu plus important d’avoir des ennuis de santé. 

Anticiper la transmission de son patrimoine

En matière d’immobilier, l’une des premières solutions pour bénéficier d’une fiscalité avantageuse consiste à créer une SCI (Société Civile Immobilière). C’est une structure qui permet d’administrer un ou plusieurs biens immobiliers. Dans la rédaction des statuts de la SCI, il est possible de faire entrer plusieurs bénéficiaires au capital de la société. Notamment ses propres enfants. 

Au moment du décès, ils bénéficieront d’une exonération de frais de succession jusqu’à 100 000 € chacun. De plus, comme il s’agit de parts dans un ou plusieurs logements, l’administration fiscale appliquera une décote de 15 % sur leur valeur estimée, ce qui réduira considérablement l’impôt qu’il restera à régler.

Conclusion

Si vous pensiez qu’il était impossible d’investir dans l’immobilier locatif après 60 ans, j’espère que cet article vous aura démontré le contraire. C’est tout à fait possible et si vous ne l’avez pas fait avant, c’est même souhaitable. 

La principale difficulté se situera dans l’obtention du prêt mais ce n’est pas du tout insurmontable. Si vous êtes disposé à faire un apport conséquent et à accepter de rembourser un crédit court (15 ans), vous pourriez très rapidement pouvoir commencer à percevoir vos premiers loyers en tant qu’investisseur. 

Pour aller plus loin, je vous propose un appel stratégique gratuit avec l’un des membres de mon équipe en cliquant ici. Si votre situation actuelle est stable, n’hésitez pas à nous contacter. On se fera un plaisir à vous conseiller dans votre futur projet d’investissement immobilier.